MAGDA DANYSZ – GALERIST

Based in Paris, Shanghai and London, Magda Danysz Gallery is one of the pioneering galleries to support the contemporary Chinese creation and its diffusion in France. ACA project met up with Magda Danysz, director and founder of the gallery, to learn more about her relationship with contemporary Chinese art.

Portrait of Magda Danysz

What was your first encounter with contemporary Chinese creation?

The gallery is known for representing urban art, but since our beginnings in 1991, it is only one third of our programming. The two other thirds are related with the idea to seek out new artists and preferably in the emergence – or with different works and new series if the artists have become famous ever since.

There have always been Asian artists represented in the gallery, initially mostly Japanese artists. Our programming is built through research: we search around the world, we discover impressive works, and then with an artist we say that we could make our way together. China was not particularly in the history of the gallery during the first ten years, the country was not more in my radar than other parts of the world. I was more on American underground scenes such as pop surrealism or digital art until 2005.

China has arrived, it must be admitted, by chance. I often say laughing « Instead of going to Los Angeles I took the other way ». It is very simple: I come back from Singapore, and I go to Shanghai to discover the biennale that is held there: there is a huge waiting queue to enter the museum; unbelievable ! We are in 2008, here in Europe and in the United States everything goes wrong. In Shanghai I discover a hyper-fresh biennale, I fall in love with the city for its environment, the artistic scene and the way it unfolds, its energy. I am amazed by the new scene, really different from what was seen again and again in the West.

Why choosing to support Chinese contemporary art?

Fascinated by the city of Shanghai, I said to myself [in 2008] that I would like to organize an exhibition in Shanghai, that we could create a bridge between China and the West. The first idea was to plan an exhibition to export the artists from the gallery and eventually watch what happens there. Six months later, I was opening not just an exhibition but a gallery! China is wonderful for that, if you have an idea, everything is possible!

Once the gallery project became clear, the idea was to discover the Shanghai scene, to dig into it. I had the immediate opportunity to get in touch with artists like Maleonn, who is a Shanghaiese – his work is an open door to the local scene, the cultural aspect of the city, its very deep history which is not always easy to exhume – or Yang Yongliang who was doing very small works at that time and that I pushed to go bigger. So I met a lot of artists with whom we went a long way together, to take them a little further; young artists in their thirties who were waiting for that, that a window opens on the West.

Magda Danysz Gallery Shanghai 

How do you choose the Chinese artists you work with?

I always choose a certain form of emergence, originality, something that has not been seen yet – which is not always easy with the Chinese art education as there is always an enormous respect to past references, unlike the history of Western contemporary art where we turn the page, we try to break the references. In Asia in general we must integrate, digest what the predecessors did. The idea is to find the talents that, with references and history, manage to build a new chapter. Maleonn or Yang Yongliang that I quoted before are completely in that move: Maleonn with a reference to the Chinese photography of the 1920-30s but completely reviewed and corrected, actual, with a universe of his own, linked to the cinema, the theater but from which we can find many links to the history of Chinese art. Yang Yongliang is completely connected to the history of classical painting but works in digital. He started making video at a time when China had little to do with it: he managed to integrate this medium while going further.

The way in which artists are selected is both simple and complex: I always open my radar, I permanently look for links, now mainly in China because I am there but I seek and open my eyes wherever I go. I like to tell myself that I’m on the first market, I like to spot the artists before everyone talks about them, which has more chance to happen by going to see myself and making links. Where it is complex is that I have to create a lot of links before finding the right person with whom I want to create projects, but it’s very exciting.

© Maleonn, « Book of Taboo No 5 », 2006 – Courtesy Magda Danysz Gallery

You installed your gallery in China 8 years ago: what evolutions have you observed in the local creation?

In terms of creation, China is a very rich country, it is often said « we must not forget the 5000 years of culture »: contemporary art didn’t appear suddenly, there has always been some. The difference is that nowadays some artists that we, Westerners, would call « contemporary », are more open on the western scene. However, there still exist a traditional contemporary art which is very important, but which we totally ignore: oil painting, ink calligraphy …

On what we call contemporary art, there is perhaps a greater permeability to Western references, being less in the mimicry of what artists have seen in a book, and more in an active research: they travel a lot, some even open workshops in Europe like aaajiao in Berlin. Artists are therefore more open but globally, we are always in the same dynamic. What has changed a lot in China is the balance between Beijing and Shanghai, with Shanghai having expanded considerably in terms of the dedication to contemporary art. The opening of the Pompidou Center in Shanghai [planned for 2019] is the crowning achievement of all this. When I arrived there was not much: the Shanghai Biennale and some galleries. Today there are many more professional galleries, many museums have opened and they are magnificent. The artistic scene has grown so much that many artists come from other provinces, and the Hangzhou school, which is not far away, also adds power to the scene.

… and in the reception of your artists by the audience and collectors?

It is through the audience that I approached the Chinese contemporary art scene: Chinese people are very curious, openings are always packed, they always want to see more. The audience is always grateful to us, which is a great pleasure because it is not always easy to work in China. When the audience is grateful it is then very encouraging.

It is difficult to establish a typology of collectors, but the last ten years have seen the rise of mega-collectors, who are people who fill museums. A middle class collecting for its home doesn’t exist yet: we are still at the very beginning of it, but I think the real market will be there. The mega-collectors collect the big names but are in a logic of constitution of a museum collection, so they sometimes collect many great artists abroad. These same collectors also decided to set up certain Chinese artists they collect, they are almost in a patrimonial strategy, and even speculative for some of them. Where it will really become interesting is when collectors will buy for the pleasure of living with the works; it’s starting slowly but this is where the real challenge lies.

© Yang Yongliang, « A Bowl of Taipei 1 » – Courtesy Magda Danysz Gallery

What challenges do you encounter in showing Western artists in China? and Chinese artists in the West?

For Western artists in China, the first challenge is the blank page, because Chinese people do not know them and do not expect them. For someone who is well known in the West, it takes a good deal of humility to start from scratch: do many interviews, conferences, meetings with museum directors to show their portfolio, etc. The Dutch artist Erwin Olaf, very well known in France, has been very loyal to the game, and I have a great admiration for him. He wanted to come to China for a while but I was afraid that his work would not be well received: at first there was little photographic and video scene, and some of his works are daring. Later, with the opening of the Shanghai Center of Photography and the Shanghai Photo Fair, a window opened. I can not thank Erwin Olaf enough: we organized a big retrospective at the gallery and at the Shanghai Photo Fair, and every day he participated in book signings, lectures … He came back on things he had to speak a thousand times. His career in China is now well launched, the audience is there, but it has required a massive work.

It is not always easy to know contemporary Western creation because access to information is limited in Chine (slow internet, language barrier …). The audience often thanks us very much for creating this east-west bridge, to create a form of dialogue.

In France, there are Chinese artists invited to come here, but we are also lucky with the history of France to have Chinese artists based in France, such as Wang Keping. However, it is a challenge to bring the knowledge of his work back on the agenda, to replace the puzzle of contemporary Chinese art. In China, for example, Wang Keping is not very well known. It is disturbing to note that certain Chinese artists who are very well known in our country, are hardly or not at all known in their country of origin. This knowledge requires a lot of work from the galleries, but the museums also help. If some Chinese museums are empty shells, without any mission, other ones have real programs and are getting more and more professionnal.

© Wang Keping – Courtesy Magda Danysz Gallery

In your opinion, how could the knowledge and understanding of the Chinese art scene in the West be improved?

There are many forms, including the fair Asia Now, whose director [Alexandra Fain], who initially is a collector, started from the fact that what she saw in Asia had nothing to do with what she saw in France or in Europe. Asia Now is like a window on Asia, which presents projects on what is happening in China and the Asian countries. We have to be careful because in China time passes quickly, it is multiplied by 5 or 6, so we must keep ourselves very well informed. We must be very alert on what is really going on today; the Palais de Tokyo understood it very well by creating a partnership with the K11 Foundation. All of this is very important because in France, we still have a vision of contemporary Chinese art ten years ago.

What are your future projects?

In September we present an exhibition in Shanghai on Chinese oil painting, with young artists working with this medium. This is quite innovative because abstract painting is not really in the original Chinese culture, I think it will raise questions.

In October at Asia Now in Paris, we present a mix of renowned artists (including Wang Keping and Zhang Dali) and young people, or artists with new and unexpected works such as more classical or interactive pieces (such as Liu Bolin).

© Liu Bolin, « Graffiti in Beijing No 1 », 2012 – Courtesy Gallery Magda Danysz

Interview by Lou Anmella-de Montalembert – Paris, July 2017

 

Basée à Paris, Shanghai et Londres, la galerie Magda Danysz est une des galeries pionnières dans le soutien à la création contemporaine chinoise et sa diffusion en France. ACA project a rencontré la directrice et fondatrice de la galerie, Magda Danysz, afin d’en connaître davantage sur sa relation avec l’art contemporain chinois.

Quelle a été votre première rencontre avec la création contemporaine chinoise ?

La galerie est connue pour représenter de l’art urbain, mais depuis nos débuts en 1991 cela ne représente en réalité qu’un tiers de notre programmation. Il y a donc deux tiers dont l’idée est d’aller chercher de nouveaux artistes et de proposer toujours de préférence dans l’émergence – ou si les artistes sont depuis devenus reconnus, avec des travaux différents, de nouvelles séries, etc.

Il y a toujours eu des artistes asiatiques représentés au sein de la galerie, au début plutôt des artistes japonais. Cela s’est par la suite construit grâce à de la recherche : on cherche à travers le monde, on découvre des pépites, et puis avec un artiste on se dit que l’on ferait bien un bout de chemin ensemble. La Chine n’était pas particulièrement dans l’histoire de la galerie au cours des dix premières années, le pays n’était pas plus dans mon radar que d’autres régions du monde. J’étais d’ailleurs plus sur des scènes underground américaines comme le pop surréalisme ou l’art numérique jusqu’en 2005.

La Chine est arrivée, il faut l’avouer, un peu par hasard. Je dis souvent en rigolant « au lieu de partir à Los Angeles je suis partie dans l’autre sens ». C’est très simple : je reviens d’affaires à Singapour, et je passe par Shanghai pour découvrir la biennale qui s’y tient alors : il y a une queue énorme pour entrer au musée ; incroyable ! On est en 2008, ici en Europe et aux Etats-Unis tout va mal. A Shanghai je découvre une biennale hyper fraîche, je tombe amoureuse de la ville pour son environnement, la scène artistique et la façon dont elle se déploie, son énergie. Je suis émerveillée par la nouvelle scène, bien éloignée de ce qui était vu et revu en Occident.

Pourquoi avoir choisi de soutenir l’art contemporain chinois ?

Fascinée par la ville, je me dis à ce moment [en 2008] que je monterais bien une exposition à Shanghai, que l’on pourrait faire une passerelle entre la Chine et l’Occident. La première idée c’était une exposition pour exporter les artistes de la galerie et éventuellement regarder ce qu’il se passe sur place. C’est ainsi que six mois plus tard, je n’ouvrais non pas seulement une exposition mais une galerie ! C’est merveilleux la Chine pour ça, si vous avez une idée tout est possible !

Une fois que le projet de galerie s’est précisé, l’idée était de découvrir la scène shanghaienne, se plonger dedans. J’ai pu tout de suite rentrer en contact avec des artistes comme Maleonn qui est shanghaien – c’était une porte ouverte sur la scène locale, l’aspect culturel de la ville, son histoire qui est très profonde et qui n’est pas toujours facile à exhumer – ou Yang Yongliang qui à l’époque faisait de toutes petites œuvres et que j’ai poussé à voir plus grand. J’ai donc rencontré plein d’artistes avec qui nous avons fait un bout de chemin ensemble, pour les emmener un peu plus loin ; des jeunes trentenaires qui n’attendaient que ça, qu’il y ait une fenêtre ouverte sur l’Occident.

Comment choisissez-vous les artistes chinois avec lesquels vous travaillez ?

Je choisis toujours une certaine forme d’émergence, d’originalité, quelque chose que l’on n’a pas encore vu – ce qui n’est pas toujours facile dans l’éducation artistique chinoise parce qu’il y a toujours un respect énorme des références sur le passé, contrairement à l’histoire de l’art contemporain occidental où on tourne la page, on cherche à casser les références. En Asie en général il faut intégrer, digérer ce qu’ont fait les prédécesseurs. L’idée c’est de trouver les talents qui, avec les références et l’Histoire, arrivent à construire un nouveau chapitre. Maleonn ou Yang Yongliang que je citais sont complètement là-dedans : Maleonn avec une référence à la photographie chinoise des années 1920-30 mais complètement revue et corrigée, actuelle, avec un univers qui lui est propre, lié au cinéma, au théâtre mais dont on peut tirer plein de fils de l’Histoire de l’art chinois. Quant à Yang Yongliang lui est complètement lié à l’histoire de la peinture classique mais travaille en digital. Il a commencé à faire de la vidéo à une époque où en Chine peu en faisait : il a réussi à intégrer ce médium tout en allant plus loin.

La façon dont le choix des artistes se fait est à la fois très simple et complexe : j’ai toujours le radar ouvert, je tire des fils en permanence, maintenant surtout en Chine parce que j’y suis mais je cherche et ouvre l’œil partout où je vais. J’aime me dire que je suis sur le premier marché, j’aime repérer les artistes avant que tout le monde en parle, ce qui arrive plutôt en allant voir et en tirant les fils. Là où c’est complexe c’est qu’il faut tirer beaucoup de fils avant de trouver la bonne personne avec qui on a envie de créer des projets, mais c’est passionnant.

Cela fait déjà 8 ans que votre galerie est installée en Chine : quelles évolutions avez-vous constaté dans la création locale ? 

En termes de création la Chine est un pays très riche, on dit souvent « il ne faut pas oublier les 5000 ans de culture » : ce n’est pas d’un coup, soudainement, que l’art contemporain est apparu, il y en a toujours eu. La différence c’est qu’aujourd’hui certains artistes que l’on qualifierait nous, Occidentaux, de contemporains, sont plus ouverts sur la scène occidentale. Il existe toutefois toujours un art contemporain traditionnel qui est très important, mais que nous, nous ignorons totalement : la peinture à l’huile, la calligraphie à l’encre…

Sur ce que nous, nous appelons art contemporain il y a peut-être une plus grande perméabilité aux références occidentales qui fait que l’on est moins dans la mimique de ce que les artistes ont pu voir dans un livre, et davantage dans une recherche active : ils voyagent beaucoup, certains ouvrent même des ateliers en Europe comme aaajiao à Berlin. Les artistes sont donc plus ouverts mais globalement, on est toujours dans la même dynamique. Ce qui a beaucoup plus changé en Chine c’est l’équilibre entre Pékin et Shanghai, avec Shanghai qui s’est beaucoup plus étoffé en termes de place de l’art contemporain. L’arrivée du Centre Pompidou à Shanghai [prévue en 2019] c’est le couronnement de tout ça. Quand je suis arrivée il y avait finalement peu de choses : la biennale de Shanghai et quelques galeries. Aujourd’hui on est beaucoup plus de galeries professionnelles, beaucoup de musées se sont ouverts et ils sont magnifiques. La scène artistique s’est beaucoup étoffée ce qui fait que beaucoup d’artistes arrivent d’autres provinces, et l’école de Hangzhou, qui n’est pas loin, vient également alimenter la scène.

… et dans la réception de vos artistes par le public et les collectionneurs ?

C’est par le public que j’ai abordé la scène contemporaine chinoise : les Chinois sont très curieux, les vernissages sont toujours remplis, ils ont toujours envie d’en voir plus. Le public nous remercie toujours, ce qui fait très plaisir car ce n’est pas toujours facile de travailler en Chine. Quand le public est reconnaissant c’est très encourageant.

Il est difficile d’établir une typologie de collectionneurs, néanmoins ces dix dernières années ont vu la montée en puissance de méga-collectionneurs, ce sont des gens qui remplissent des musées. Il n’y a pas encore de classe moyenne qui collectionne pour chez elle : on est encore au tout début, mais je pense que le vrai marché sera là. Les méga-collectionneurs collectionnent les grands noms mais sont dans une logique de constitution de collection de musée, ils vont ainsi beaucoup collectionner les grands artistes à l’étranger. Ces mêmes collectionneurs ont aussi décider de monter certains artistes chinois qu’ils collectionnent, ils sont dans une stratégie presque patrimoniale, voire même spéculative pour certains. Là où cela va vraiment devenir intéressant c’est quand les collectionneurs vont acheter pour le plaisir de vivre avec les œuvres ; cela commence mais c’est là que se situe le vrai défi.

Quels défis rencontrez-vous en exposant des artistes occidentaux en Chine ? et des artistes chinois en Occident ?

Pour les artistes occidentaux exposés en Chine, le premier défi est celui de la page blanche, parce que les Chinois ne les connaissent pas et ne les attendent pas. Pour quelqu’un qui est très connu en Occident, il faut une bonne dose d’humilité pour reprendre à zéro : faire de nombreuses interviews, des colloques, des rendez-vous avec des directeurs de musée pour montrer son portfolio, etc. L’artiste néerlandais Erwin Olaf, très connu en France, s’est très bien prêté au jeu, j’ai une grande admiration pour lui. Il voulait venir en Chine depuis un moment mais j’avais peur que son travail ne soit pas bien reçu : au départ il y avait peu de scène photographique et vidéo, et certains de ses travaux sont osés. Au fil du temps, entre l’ouverture du SCOP [Shanghai Center of Photography] et de la foire Photo Shanghai, cela a ouvert une fenêtre de tir. Je ne remercierai jamais assez Erwin Olaf, car nous avons organisé une grande rétrospective à la galerie et au salon Photo Shanghai, et tous les jours il a participé à des signatures de livres, des conférences… Il est revenu sur des choses dont il a dû parler mille fois. Sa carrière en Chine est maintenant bien lancée, le public est au rendez-vous, mais cela a demandé un travail hallucinant.

Il n’est pas toujours facile de connaître la création contemporaine Occidentale car en Chine l’accès aux informations est limité (internent lent, barrière de la langue…). Le public nous remercie souvent beaucoup de créer cette passerelle est-ouest, de créer une forme de dialogue.

En France, il y a les artistes chinois que l’on invite à venir ici, mais on a aussi de la chance avec l’histoire de la France d’avoir des artistes chinois basés en France, comme Wang Keping. Cela représente toutefois un défi de remettre la connaissance de son travail à l’ordre du jour, de replacer le puzzle de l’art contemporain chinois. En Chine par exemple, Wang Keping n’est pas très connu. C’est assez troublant de constater que certains artistes chinois très connus chez nous, et ne le sont presque pas voire pas du tout dans leur pays d’origine. Cette connaissance demande beaucoup de travail de la part des galeries, mais les musées aident aussi. Si les musées chinois sont parfois des coquilles vides, sans mission, certains ont de vrais programmes et il y a de plus en plus de professionnalisation de ce côté-là.

Selon vous, comment pourrait-on améliorer la connaissance et la compréhension de la scène chinoise en Occident ?

Il y a plein de formes, notamment la foire Asia Now, dont la directrice [Alexandra Fain] qui au départ est collectionneuse, est partie du constat que ce qu’elle voyait en Asie n’avait rien à voir avec ce qu’elle voyait en France ou en Europe. Asia Now est comme une fenêtre sur l’Asie, qui présente des projets sur ce qu’il se passe en ce moment en Chine et dans les pays asiatiques. Il faut être prudent car en Chine le temps passe vite, il est multiplié par 5 ou 6, il faut donc se tenir très très au courant. Il faut être très alerte sur ce qui est vraiment actuel, ce qu’a compris le Palais de Tokyo en créant son partenariat avec la K11 Foundation. Tout cela est très important car en France, nous avons toujours une vision de l’art contemporain chinois d’il y a dix ans.

Quels sont vos futurs projets ?

Nous présentons en septembre à Shanghai une exposition sur la peinture à l’huile chinoise, avec de jeunes artistes qui travaillent la matière peinture. C’est assez novateur car la peinture abstraite n’est pas tout à fait dans la culture originelle chinoise, je pense que cela va poser questions.

Au mois d’octobre, nous présentons à Asia Now à Paris un mix d’artistes renommés (dont Wang Keping et Zhang Dali) et d’autres plus jeunes ou avec des travaux neufs et inattendus, comme des pièces plus classiques ou interactives (dont Liu Bolin).

Propos recueillis par Lou Anmella-de Montalembert – Paris, juillet 2017